Pompe à chaleur : c’est quoi au juste ?

La pompe à chaleur c’est quoi à part un dispositif ingénieux qui peut à la fois chauffer et rafraîchir votre intérieur à coût réduit.

Quel est l’intérêt de la pose d’une pompe à chaleur ?

Pour répondre à cette question, il faut comprendre le fonctionnement de la pompe à chaleur, ses catégories et les avantages qu’elle offre.

 

La pompe à chaleur, ou tout simplement PAC, est un système de conditionnement d’air et de chauffage thermodynamique. Écoresponsable, la pompe à chaleur utilise l’énergie renouvelable qui se trouve dans le sol, l’eau et l’air. Elle pompe les calories environnantes, les amplifie et les transmet grâce au compresseur et au fluide réfrigérant.

Dans les résidences, on peut la trouver le plus souvent en tant que chauffage. Chez les tertiaires comme les bureaux, elle est souvent utilisée à la fois pour chauffer et conditionner l’air. Son utilisation est versatile car la pompe à chaleur peut tout aussi bien chauffer un petit logement comme elle peut conditionner l’air d’un immeuble entier.

Pompe à chaleur c'est quoi

 

Sommaire 

 

I. Pompe à chaleur : c’est quoi qui la catégorise ?

Selon son fonctionnement et le milieu dans lequel elle puise son énergie, on peut distinguer quatre types différents de pompes à chaleur.

 

I.1. Climatiseur ou PAC air-air

Son fonctionnement repose sur un système aérothermique. Un système réfrigérant capte la chaleur dans l’air extérieur et la transfère à l’intérieur. Cette technologie est équipée dans les climatiseurs multisplit ou la climatisation gainable par exemple. Vous pouvez tout à fait réguler efficacement la température dans les différentes pièces du logement ou dans les différents bureaux. Le grand avantage est qu’en hiver vous pouvez utiliser le système pour chauffer, en été vous pouvez l’inverser avec un simple clic et l’utiliser pour rafraîchir l’air ambiant. Il suffit d’inverser le cycle thermodynamique pour jouir de la fraîcheur.

 

I.2. PAC air-eau

Son fonctionnement dépend également d’un système aérothermique. Un circuit d’eau chaude transfère les calories absorbées dans l’air externe et alimente un réseau de plancher chauffant ou bien une série de radiateurs ou ventilo-convecteurs. Toutefois, la température de chauffage produite est généralement modérée, ne dépassant pas les 60 degrés.

Pour comprendre encore plus son fonctionnement, il faut noter qu’un ventilateur aspire d’abord les calories, naturellement disponibles dans l’air. Ces derniers sont mis en contact avec le fluide frigorigène contenu dans l’évaporateur. Grâce à la chaleur, on obtient un gaz à basse pression. C’est ensuite le tour du compresseur qui aspire le gaz dont la pression et la température continuent à augmenter. Arrivé à un certain point, le gaz traverse le condensateur et retrouve sa forme liquide. Lors de son passage, il réchauffe le circuit de votre chauffage. Le liquide passe enfin du détenteur vers le compresseur à nouveau afin qu’un nouveau cycle recommence.

 

I.3. PAC eau-eau et PAC sol-eau

Quand on parle du PAC eau-eau, on désigne l’hydrothermie, le PAC sol-eau relève de la géothermie. La pompe à chaleur absorbe la chaleur présente dans l’eau de la nappe phréatique ou la terre, et la transfère vers un circuit d’eau chauffante.

Le fonctionnement du PAC eau-eau repose deux types de forage : horizontal ou vertical. Les capteurs horizontaux sont enterrés à faible profondeur afin de couvrir une surface assez large. Les capteurs verticaux sont, au contraire, enterrés profondément et couvrent une surface réduite. Il faut noter que la réalisation d’un forage coûte assez cher et que la réglementation est stricte, il vaut mieux bien se renseigner auparavant.

C’est de loin l’un des systèmes de chauffage les plus efficaces. En effet, le coefficient de performance de la pompe à chaleur eau/eau peut atteindre la valeur de 4, voire plus.

 

I.4. Le cas de l’eau sur mer

Cette technologie utilise non pas une nappe, mais l’eau de la mer. Des systèmes thermodynamiques sont installés sur le littoral et pompent l’eau réfrigérée via échangeurs vers le circuit des pompes à chaleur. Tout au long de l’année, en région méditerranéenne par exemple, les températures sont maintenues entre 14 et 26 degrés dans les circuits.

 

II. Pompe à chaleur : c’est quoi ses avantages?

Ces appareils ont certains avantages indéniables qu’il faut prendre en considération :

  • Ils sont compatibles avec la transition énergétique: en effet, les pompes à chaleur puisent approximativement 60% de leur énergie dans le milieu naturel environnant. C’est une source d’énergie renouvelable, gratuite, propre et infinie.
  • Ils vous permettent de réaliser des économies: non seulement vous faites des économies d’énergie mais vous êtes susceptible de réduire considérablement votre facture, au moins de moitié, voire plus.
  • Pompe à chaleur et aide financière: il y a des subventions et aides à la rénovation qui vous permettent de rénover votre système de chauffage (le crédit impôt pour la transition énergétique, l’aide MaPrimeRénov’, la TVA réduite à 5,5%, l’éco-prêt à taux zéro, la Prima Effy, etc.)
  • Haut indice de performance: toujours supérieur 1 et souvent de l’ordre de 3, voire 4.
  • Système réversible: dans le cas de la pompe à chaleur air-air, on peut l’utiliser à la fois comme chauffage ou comme climatiseur, selon les saisons.

 

III. Pompe à chaleur : c’est quoi son prix?

Le prix de pose d’une pompe à chaleur diffère selon le type du PAC.  En effet :

  • Pour une pompe à chaleur air-air, il faut prévoir entre 6 000 et 10 000 euros. Par ailleurs, le prix de la pose s’élève à 500 euros en moyenne.
  • La pompe à chaleur air-eau se classifie en deux types : la pompe à basse température, moins chère que son homologue et qui coûte entre 5 000 et 9 000 euros ; la pompe à haute température qui coûte, hors pose, de 10 000 à 15 000 euros. D’ailleurs, le prix de la main-d’œuvre pour ce système complexe avoisine les 2 000 euros.
  • La pose d’une pompe à chaleur eau-eau coûte entre 10 000 et 18 000 euros dans le cas où les capteurs de la pompe sont horizontaux. Une pompe hydrothermique à capteurs verticaux coûte plus cher. Il faut prévoir un budget entre 15 000 et 20 000 euros. Le prix de la pose de ce genre de dispositif est de 4 000 euros en moyenne.

Faïez MAALOUL

Laissez un commentaire