• contact@clim-pac.fr

Comment protéger la nappe phréatique ?

L’un des axes qui préoccupent les adeptes du projet du développement durable est l’épuisement et la dégradation de la qualité des eaux souterraines, voire de la nappe phréatique. La situation actuelle est alarmante et les mesures de protection ne semblent pas efficaces à long terme.

Comment protéger la nappe phréatique ?

En mettant en place des mesures appropriées pour la protéger à court et à long terme.

Avant d’énumérer les dangers qui la menacent et les causes ainsi que les mesures à prendre pour la protéger, on vous propose un aperçu général sur la nappe phréatique.

nappe phréatique

Sommaire

 

1. Qu’est-ce que la nappe phréatique ?

Définition de la nappe phréatique

La nappe phréatique, appelée aussi nappe aquifère, est un réservoir d’eau douce souterraine. Elle se trouve entre la surface du sol et une couche de terre imperméable. Elle représente entre 25 et 40% de l’eau potable de la planète. D’autre part, ce réservoir est alimenté grâce aux infiltrations de l’eau de pluie.

1.3. Quelles sont les catégories de nappes ?

On distingue 3 catégories de nappes :

  • Les nappes libres : l’eau n’est pas limitée par une couche imperméable et son niveau est variable ;
  • Les nappes captives : elles sont sous pression, c’est-à-dire qu’elles sont bloquées par d’autres couches. Lorsqu’on les creuse, l’eau monte. C’est le cas, par exemple, des puits. Il est possible également que l’eau jaillisse de la terre. Ce phénomène est appelé artésianisme. Elles sont plus rares que les nappes libres, mais mieux protégées de la pollution ;
  • Les nappes semi-captives : ces nappes sont semi-perméables.

1.2. Quels sont les types de nappes phréatiques ?

Il existe 2 types de nappes phréatiques :

  • Les nappes présentant des réservoirs renouvelables grâce à l’eau de pluie, par exemple ;
  • Les nappes fossiles appelées aussi paléohybriques. Elles sont plus profondes, plus anciennes et non pas renouvelables.

 

2. Quels dangers menacent-ils la nappe phréatique ?

Aujourd’hui, la nappe phréatique universelle est en permanente dégradation que ce soit au niveau de la qualité ou de la quantité. Cela est dû à de multiples causes naturelles et humaines.

2.1. La surexploitation de la nappe phréatique

On cite le pompage diesel ou électrique qui puise le réservoir des nappes sans qu’il puisse être renouvelé assez rapidement par l’eau de pluie et les précipitations. Cela est dû également à la croissance de la démographie dans certains pays où les besoins en eau douce sont trop poussés.

2.2. La salinisation de la nappe phréatique

Ce facteur concerne surtout les zones littorales et les zones qui présentent des sous-sols salins. D’autre part, le surpompage des nappes d’eau douce risque d’engendrer l’infiltration des eaux salines dans les aquifères.

2.3. La pollution de la nappe phréatique

Il peut s’agir de la pollution du sol et/ou de l’air. Ce problème est fréquent dans les régions industrielles et urbaines, ainsi que les zones où l’activité agricole est répandue. Ces activités nuisent à la recharge des nappes, mais surtout à leur qualité. En effet, l’utilisation des pesticides et des produits phytosanitaires, des chlorures, des solvants chlorés et des nitrates engendre une dégradation inquiétante de la nappe phréatique. En outre, on cite la décharge des déchets qui, bien qu’ils soient décomposés par les procédés naturels, risquent de nuire à la qualité des réservoirs d’eau douce. C’est que certains polluants sont très dangereux vu l’incapacité du sol à les neutraliser ou décomposer. D’autre part, l’utilisation des eaux usées, notamment dans les zones où elles ne sont pas traitées par les stations d’épuration, peut engendrer des maladies parasitoses et infectieuses.

 2.4. La déforestation

Les forêts et les prairies permettent de protéger les nappes phréatiques. Cependant, aujourd’hui, les problèmes de déforestation sont de plus en plus élevés ce qui a un impact considérable sur la quantité et la qualité des réserves sous-terraines. En effet, les forêts permettent, grâce au mécanisme de l’évapotranspiration, de produire des nuages. D’autre part, elles attirent la pluie à travers la production de terpènes et du diméthylsulfure.

2.5. Le réchauffement climatique

Le changement et le réchauffement climatiques engendrent la sécheresse ce qui est susceptible d’affecter le réapprovisionnement des nappes phréatiques. Par ailleurs, la sécheresse peut engendrer des reflux des eaux de rivières. En ajout, certains scientifiques estiment une augmentation de la température susceptible de réduire l’écart entre les tropiques et les pôles.

 

3. Quelques constatations à propos de la situation de la nappe phréatique

Voici quelques observations concernant la situation des nappes phréatiques dans le monde :

  • Un épuisement dans les pays du Tiers Monde dû à la croissance démographique.
  • Des problèmes aux États-Unis, notamment en Californie, dus à des techniques d’irrigation gaspilleuses.
  • À Mexico City, les réservoirs souterrains ont baissé d’environ 3 mètres les dernières années.
  • À Pékin, le niveau de la nappe phréatique a baissé d’environ 2 mètres.
  • Une inquiétante pollution de l’eau douce aux pays de l’Est comme l’Ukraine et la Pologne.
  • À Gdansk, environ 2 milliards de personnes n’ont pas accès convenablement à l’eau potable.
  • Aux USA, à Pakistan et en Inde, l’assèchement des nappes phréatiques est alarmant à cause de la demande excessive de l’eau douce nécessaire au développement du commerce de blé, de maïs, de riz, de coton et de sucre.
  • En Éthiopie, l’énorme croissance démographique ainsi que la déforestation ont engendré une grave pénurie d’eau causant des famines et des maladies.

 

4. Quelles mesures pour protéger la nappe phréatique ?

4.1. Exemples de mesures à suivre par les États

  • Identifier et délimiter les zones dont la situation de la nappe phréatique est inquiétante pour mettre en place, ensuite, des stratégies et des mesures de préservation appropriées.
  • Instaurer des périmètres de protection autour des captages bien que cela n’offre qu’une protection limitée.
  • Réduire au maximum les sources de pollution.
  • Instaurer des parcs naturels hydrogéologiques dont l’objectif principal est la préservation des nappes d’eau et non pas la production.
  • Établir des contrôles stricts sur l’utilisation des pesticides et des nitrates.
  • Contrôler les sites industriels. Il vaut mieux les implanter loin des zones menacées.
  • Planifier les prochains modèles d’urbanisation en tenant compte de la disponibilité des eaux souterraines.
  • Utiliser des dispositifs qui permettent de traiter l’eau avant son infiltration dans le sol.

4.2. Exemples de mesures individuelles pour protéger la nappe phréatique

  • Réduire l’utilisation des produits de jardinage industriel et des produits ménagers présentant des compositions qui nuisent à l’écologie. Le vinaigre blanc, le savon noir ainsi que le bicarbonate de soude peuvent être des alternatives.
  • Adopter des gestes quotidiens qui permettent de réduire l’utilisation de l’eau comme se contenter d’une douche au lieu du bain, profiter de l’eau de pluie pour laver les voitures, utiliser des systèmes de lavage « éco », etc.

 

Conclusion

La nappe phréatique se trouve aujourd’hui menacée à cause d’une exploitation abusée, de la pollution, de la déforestation, de l’augmentation des besoins dans les zones à forte croissance démographique et à cause de la salinisation. Les mesures adaptées jusqu’à maintenant ne s’avèrent pas efficaces. Il faut alors les mettre en place avec plus de rigueur et prévoir d’autres solutions. Cependant, cet engagement à protéger et préserver la nappe phréatique doit impliquer également les individus qui, à travers des habitudes quotidiennes, peuvent contribuer efficacement à cela.

5/5 (1 Review)
Faïez MAALOUL

    Laisser un commentaire