Comment assurer une bonne aération à l’intérieur de son logement ?

aerationL’aération de votre espace intérieur est primordiale pour assurer une bonne hygiène de vie au quotidien et prévenir de nombreuses maladies liées à la pollution de l’air intérieur comme les maladies respiratoires.

Comment bien aérer mon logement ?

Aérer efficacement votre logement est simple. Cependant, avant toute chose, il faut distinguer entre aération et ventilation.

 

Dans ce qui va suivre, on vous explicite en détail les méthodes qu’il faut suivre pour une bonne aération de votre maison, naturelle, mais aussi mécanique (la ventilation).

aération

Sommaire

 

1. Pourquoi l’aération est-elle importante ?

L’activité produite à l’intérieur des constructions et des maisons dégage de la vapeur d’eau qui, non évacuée, engendre des condensations et l’apparition des traces d’humidité, de salpêtre et de moisissures.

 

1.1. L’aération permet d’éviter les détériorations de l’intérieur

Une grande quantité d’humidité peut dégrader la construction et ses matériaux. En effet, un taux d’humidité élevé est susceptible d’engendrer plusieurs désordres, elle :

  • Décolle les carrelages et le papier peint ;
  • Cause le développement des moisissures ;
  • Dégrade les performances des matériaux tels que les isolants ;
  • Peut être la cause de dégâts sur la structure. Par exemple, la charpente en métal ou en bois.

 

Remarque :

Le taux d’humidité est généralement plus élevé dans les pièces de service comme la cuisine et la salle de bains d’où l’importance de les équiper de bouches d’extraction de ventilation pour son évacuation.

 

1.2. Une bonne aération pour une bonne santé

La pollution de l’air intérieur est une problématique moderne préoccupante. Voici pourquoi !

L’humidité engendre la prolifération des acariens et des moisissures. Ces derniers sont la cause de plusieurs pathologies : l’asthme, les rhinites, les dermatites atopiques, etc.

D’autre part, une bonne aération permet d’apporter plus d’oxygène et de rejeter le CO2 qui résulte de la respiration.

Dans les logements modernes, il s’agit aussi d’éviter l’accumulation des polluants provenant des meubles, des matériaux de décoration et de construction et des produits ménagers.

Ces polluants chimiques, appelés aussi composés organiques volatils (COV) présentent plusieurs inconvénients sur la santé, de plus en plus fréquents.

En outre, si votre logement est équipé d’un système de chauffage à combustible (bois, gaz, fioul), l’aérer est nécessaire pour éviter les risques d’intoxication dus au monoxyde de carbone.

 

1.2.1. Les composés organiques volatils

Ces produits nocifs regroupent :

  • Les composés chlorés (nettoyage à sec, antimites, désinfectants WC, décapants, etc.) ;
  • Les hydrocarbures aromatiques (peintures, vapeurs d’essence, papiers peints, etc.) ;
  • Les formaldéhydes (sols stratifiés, bois agglomérés, laques, vernis, colles, etc.)
  • Les hydrocarbures aliphatiques et benzènes (cires, bombes aérosol, vernis, colles, etc.)

La diffusion de ces éléments se fait lentement. Leur présence permanente peut même causer des cancers et perturber le système hormonal.

 

1.2.2. Les autres molécules dangereuses qu’on trouve à l’intérieur

  • Le tabac : c’est un véritable cocktail qui contient 4.000 composés dont la majorité est cancérigène et peut causer de l’asthme.
  • Le radon : ce gaz est naturellement radioactif. Après le tabac, il est le deuxième facteur du cancer des poumons. En effet, la radioactivité représente un véritable problème pour les logements construits avec des matériaux qui émettent des radiations tels que le Granite.
  • L’amiante : c’est une roche sous la forme d’épine et qui présente un danger pour les poumons de par le fait qu’elle a tendance à déchirer ses cellules.

Une bonne aération est nécessaire pour une bonne qualité d’air intérieur et pour une bonne hygiène de vie. Sachez également que la pollution à l’intérieur de la maison est plus importante que celle à l’extérieur d’où l’importance de remplacer l’air vicié par de l’air sain.

Par ailleurs, aérer favorise le rejet des substances toxiques à l’extérieur de la construction pour se diluer.

 

2. Comment se fait l’aération de l’intérieur ?

2.1. Recommandations

Voici nos recommandations pour une aération efficace de votre espace intérieur !

2.1.1. Premier conseil

Ouvrir les fenêtres pendant 15 minutes environ. Cela refroidira un peu l’air intérieur, mais quelques minutes de chauffage après suffisent pour rétablir une température confortable.

 

2.1.2. Deuxième conseil

Dans les pièces peu utilisées, laissez une fenêtre oscillo-battante entrouverte tout au long de la journée. Cela est déconseillé dans les pièces dont l’utilisation est fréquente car ça risque de refroidir l’intérieur et il faudra du temps avant que ça sera réchauffé même avec un système de chauffage. En plus, dans ce cas, cela va vous coûter cher.

 

2.1.3. Troisième conseil

Privilégiez une aération avant 10h ou après 21h. En effet, l’air extérieur sera moins pollué. Si vous avez le choix, évitez d’ouvrir les fenêtres qui donnent sur la rue.

 

2.1.4. Quatrième conseil

Veillez à bien aérer la salle de bains et la cuisine, viennent après les chambres à coucher. Pour les autres pièces, l’air y circule souvent correctement. Vous pouvez alors vous passer d’une aération régulière seulement si vous avez un problème d’humidité.

 

2.1.5. Cinquième conseil

Il faut absolument aérer l’endroit après la cuisine, la douche, le ménage, le bricolage, etc.

  • Après avoir cuisiné pour évacuer les odeurs ;
  • Après la douche pour éliminer le trop-plein d’humidité ;
  • Suite à des travaux ou une séance de bricolage pour éliminer la poussière et les substances toxiques des produits chimiques.

 

2.2. L’aération de la maison pièce par pièce

2.2.1. Dans le salon

Il faut faire attention aux émanations toxiques. En effet, vous ne devez pas fumer à l’intérieur, surtout en la présence de vos enfants ou d’une femme enceinte. Vous devez également faire attention aux peintures et aux colles.

Quand vous faites le ménage, utilisez plutôt un chiffon humide afin d’éviter que la poussière ne s’envole dans l’espace.

 

2.2.2. Dans la chambre

Évitez les nids à poussière surtout si vous êtes allergique. Par exemple, évitez de poser trop de bibelots. Ces derniers se couvrent rapidement de poussière.

D’autre part, il vaut mieux privilégier les sols vinyle ou le parquet que la moquette.

Veillez aussi à laver régulièrement la literie, les couettes et les oreillers.

 

2.2.3. Sous les combles

Veillez à bien entretenir les conduits d’évacuation des fumées. En effet, ces derniers s’encrassent très rapidement.

Par ailleurs, le ramonage des conduits de gaz est nécessaire une fois par an. Pour les conduits de fioul, de bois et de charbon, il est nécessaire tous les deux ans.

Pour les chaudières, un entretien annuel est obligatoire, souvent avant l’hiver.

D’autre part, si vous envisagez d’installer un instar, vous devez vous adresser à un professionnel pour le tubage de la cheminée.

 

2.2.4. Dans la salle de bains

Dans cette pièce, il faut faire attention à l’humidité et aux moisissures. Pour cela, vous devez aérer systématiquement la salle et ouvrir la fenêtre après chaque bain ou douche. Si vous ne disposez pas d’une fenêtre, un système de ventilation mécanique sera nécessaire (VMC).

Par ailleurs, si les moisissures se développent dans votre pièce, souvent sur les joints des carrelages, utilisez du bicarbonate de soude pour les faire disparaître.

 

2.2.5. Dans la cuisine

Surveillez toujours les ouvertures d’aération et gardez-les non bouchées même si elles engendrent un courant d’air froid. Il faut aussi veiller à les maintenir propres.

 

3. Installer des grilles d’aération

Afin de vous débarrasser des éventuels désagréments dus à l’humidité et aux mauvaises odeurs, ainsi qu’à l’utilisation des produits chimiques, vous devez aérer votre logement en installant un système de ventilation naturelle ou mécanique. Ce dernier, grâce à la présence des grilles d’aération, permet de renouveler l’air efficacement.

 

3.1. Pourquoi installer des grilles d’aération ?

Les grilles d’aération répondent à plusieurs objectifs en rapport avec le confort de vie et l’hygiène. En effet, elles permettent de :

  • Évacuer l’air vicié à cause des divers polluants ;
  • Combattre l’humidité afin d’éviter le développement de moisissures dangereuses pour la santé ;
  • Faire face à la stagnation des gaz émis par les systèmes de chauffage.

 

Remarque :

Une seule grille d’aération, qu’elle soit liée ou non à une VMC, ne suffit toujours pas. On parle surtout des maisons bien isolées comme la BBC.

Afin que l’air puisse circuler correctement, il faut en installer plusieurs. Cela permettra de créer un courant d’air afin d’assainir et d’assécher l’atmosphère.

 

3.2. Où installer les grilles d’aération ?

Quand elles apportent de l’air, les grilles d’aération doivent être placées en partie basse. Dans le cas contraire (quand elles servent à évacuer l’air vicié), vous devez les installer en partie haute suivant la circulation naturelle de l’air.

D’autre part, vous devez les installer, si c’est possible, à l’opposé des portes afin qu’elles fonctionnent correctement et qu’elles possèdent la même section de passage d’air.

En outre, si vous utilisez des appareils qui fonctionnent au gaz (chauffe-eau au gaz, gazinière, etc.), la taille des grilles d’aération doit être fixée selon le volume d’air à traiter.

En d’autres termes, l’installation des grilles d’aération dépend de la taille, de l’isolement de votre logement, de la configuration et des appareils que vous utilisez.

 

3.3. Quels sont les différents types de grilles d’aération ?

Il existe des grilles adaptées à tous les types de pièces et d’utilisations : en polystyrène blanc ou coloré, en bois, en fonte décorative, en métal (aluminium, laiton peint ou non), etc.

Les grilles peuvent être aussi à clipser ou à encastrer, à fixer ou à sceller. Par ailleurs, certaines se trouvent être équipées d’un système de lamelles occultantes pour la régulation de la quantité d’air entrant ou de moustiquaires.

Afin de pouvoir bien choisir le modèle adéquat, il vaut mieux demander le conseil d’un professionnel. Ce dernier peut vous aider à identifier vos besoins en aération.

 

4. Une bonne aération grâce aux systèmes de ventilation 

L’aération régulière, comme nous venons de le souligner, est nécessaire pour renouveler l’air intérieur et évacuer les mauvaises odeurs et les substances toxiques, ainsi que pour éviter l’humidité et la condensation. Cependant, cela n’est pas suffisant. En effet, il faut installer un système de ventilation et l’aération en sera complémentaire.

Voici les différents types de systèmes de ventilation et leurs caractéristiques !

 

4.1. Système de ventilation avec extracteur

Ce type de système de ventilation est surtout utilisé pour les pièces à forte humidité comme la cuisine et la salle de bains, les caves et les sous-sols.

Par ailleurs, la ventilation avec extracteur possède des caissons insonorisés qui permettent de réduire le volume sonore. Toutefois, elle demeure bruyante.

L’autre inconvénient de ce type de ventilation est que le débit d’air n’est pas maîtrisé. En plus, elle n’assainit pas l’air et ne peut pas être efficace pour protéger la construction à long terme.

La ventilation par extracteur sert uniquement à évacuer l’humidité ou des condensations.

 

4.2. La ventilation par tirage naturel

Ce système doit être relié à une grille en bas et haut de mur. C’est une ventilation aléatoire dont l’inconvénient est de ne pas ventiler en fonction des besoins réels.

En outre, la ventilation par tirage naturel ne maîtrise pas le débit d’air ce qui peut engendrer une surconsommation de chauffage pendant l’hiver et un manque de ventilation pendant l’été.

Ce type de ventilation sert juste à accompagner une cuisinière à gaz qui a besoin d’une amenée et d’une sortie d’air suffisantes pour fonctionner en toute sécurité.

 

4.3. Une ventilation par les joints des murs et par les parois « respirantes »

Cette méthode ne peut pas être considérée comme une ventilation et, en aération, elle ne se trouve pas efficace. En effet, les infiltrations d’air nuisent à la bonne aération et à la pérennité de la construction.

 

4.4. Le système de ventilation mécanique

Appelé aussi VMC ou ventilation mécanique contrôlée, ce système de ventilation se trouve être le plus efficace. Il permet de créer une aération permanente qu’on peut moduler selon l’usage et qu’on peut contrôler sur la durée.

Principe de fonctionnement :

Des sorties d’air permettent de rejeter mécaniquement l’air pollué tandis alors que des bouches d’aération permettent de faire entrer l’air neuf.

On distingue 2 types de VMC : à simple flux et à double flux.

  • La ventilation mécanique à simple flux : c’est le système le plus utilisé, surtout dans les constructions neuves ;
  • La VMC double flux : c’est le système le plus confortable. Toutefois, il est un difficile à mettre en œuvre.

 

4.5. La ventilation mécanique ponctuelle (VMP)

La ventilation contrôlée exige, dans la plupart des cas, un caisson dans le grenier et des gaines permettant de relier le caisson aux bouches des pièces. Cependant, lors d’une rénovation, il peut s’avérer nécessaire d’installer une ventilation mécanique, particulièrement, quand l’étanchéité des ouvrants est renforcée. Dans ce cas, la VMP peut être une alternative efficace vu qu’elle ne nécessite pas le passage de gaines.

 

4.6. Fonctionnement et installation

Cette dernière est alimentée électriquement et individuellement. Elle permet la création d’une dépression dans le bâti. Ainsi, l’air vicié sera évacué et un air neuf entrera. Ce mécanisme a lieu grâce aux grilles d’aération qui sont installées en partie bas et qui sont éloignées du ventilateur.

Par ailleurs, ce dernier peut être fixé sur les vitres ce qui vous évite de faire un trou dans le mur.

 

4.7. Les inconvénients de la VMP

Cependant, comme tout système de ventilation, la VMP présente quelques inconvénients :

  • Le renouvellement est moins contrôlé que dans le cas d’une VMC, surtout, dans les pièces à vivre.
  • Un courant d’air peut être créé souvent près des grilles d’aération ce qui ne s’avère pas vraiment prometteur sur le plan confort.

 

4.8. Autres techniques de ventilation mécanique

  • La ventilation mécanique répartie (VMR) : elle est facile à installer et efficace. La VMR est équipée d’aérateurs individuels.
  • La VMI (ventilation mécanique par insufflation) : elle permet d’insuffler mécaniquement l’air dans le logement et de pousser, alors, l’air pollué vers l’extérieur. Cette technique est efficace en rénovation.

 

Conclusion

L’aération régulière de votre logement est obligatoire pour garder la construction en bon état et pour assurer une bonne hygiène et un confort intérieur optimisé.

Toutefois, il faut distinguer entre aération et ventilation. Précisément, la première consiste à renouveler l’air en ouvrant les fenêtres. Cette méthode naturelle à ne pas négliger.

La deuxième consiste à utiliser un appareil à moteur pour une aération permanente. Le modèle à choisir dépend de la pièce où il sera installé et des besoins. L’aération naturelle en sera complémentaire, mais nécessaire.

0/5 (0 Reviews)
Faïez MAALOUL

Laissez un commentaire