La VMC ou la ventilation mécanique contrôlée

Dans un logement, il est essentiel de renouveler l’air ambiant. En effet, une mauvaise ventilation engendre inévitablement des pertes de chaleur. Il est ainsi recommandé d’installer une VMC au sein de votre maison afin de contrôler le flux d’air entrant et sortant pour éliminer l’air vicié au profit d’un air plus sain.

Pourquoi installer une VMC dans son logement ?

Une VMC garantit une bonne qualité d’air au sein de votre intérieur.

 

Dans cet article, nous allons essayer de répondre aux questions les plus fréquentes qui tournent autour de la VMC.

VMC

Sommaire

 

1. Qu’est-ce que la VMC ?

C’est l’acronyme de Ventilation Mécanique Contrôlée. Il s’agit d’un ensemble de dispositifs mécaniques qui ont pour mission d’assurer la ventilation et le renouvellement de l’air à l’intérieur d’une pièce. Cette dernière peut être une pièce humide ou marquée olfactivement telle que la salle de bain ou la  cuisine.

Généralement, la Ventilation Mécanique Contrôlée est intégrée à une habitation. Elle fonctionne grâce à une centrale qui permet d’assurer une qualité de l’air.

 

1.1. Comment fonctionne une VMC ?

Afin d’éviter les nuisances sonores, il est conseillé d’installer l’extracteur au grenier. Cet appareil aspire l’air via les bouches d’extraction dans toutes les pièces les plus exposées à la pollution ou à l’humidité. Cette opération d’aspiration d’air est en mesure de faire rentrer de l’air extérieur via des grilles d’aération ou des entrées d’air au-dessus des fenêtres des autres pièces. Cela va ainsi assurer un renouvellement naturel et la circulation continuelle d’air frais dans toute la maison.

La Ventilation Mécanique Contrôlée est équipée d’un moteur placé dans un caisson dont des gaines sont branchées sur celui-ci et qui sont reliées à toutes les pièces. Il faut savoir que son débit est prévu pour être réglé en fonction des besoins de l’utilisateur.

 

1.2. Quels sont les rôles d’une VMC dans une maison ?

Au sein d’un foyer, la VMC remplit plusieurs rôles :

  • Elle participe à la bonne isolation d’une maison.
  • Elle contribue aux économies d’énergie.
  • Cet appareil évacue l’air pollué d’une maison (monoxyde de carbone, acariens, odeurs, fumées, poussières, parfums d’intérieurs, etc.)
  • Elle assure un renouvellement d’air hygiénique.
  • Elle protège contre l’humidité.

 

2. Les différents types de VMC : Comment bien choisir ?

Avant d’investir dans une VMC, il faut bien évidemment connaitre les différents appareils. Nous trouvons sur le marché plusieurs types de VMC lassés sous deux catégories : les VMC simple flux et les VMC double flux. Chacune de ces catégories dispose de ses avantages et ses inconvénients. Néanmoins, nous pouvons dire qu’il est réputé que les VMC double flux permettent de réaliser plus d’économie d’énergie.

 

2.1. VMC simple flux

Ce type de système est en mesure de s’adapter à tous les intérieurs. Grâce à son fonctionnement en continu, cet appareil permet de garantir un logement sain. Cela est très efficace dans les pièces humides telles que les cuisines, les salles de bains ou encore les toilettes.

Aussi, cet équipement s’avère être plus efficace que la ventilation naturelle. Il se décline en deux versions : le modèle hygroréglable et le modèle autoréglable.

 

2.1.1. La VMC hygroréglable

Ce système permet d’ajuster le débit d’air selon le type d’humidité présent dans chaque pièce du logement.

 

2.1.2. La VMC autoréglable

Cet appareil maintient constamment le débit d’air, peu importe le taux d’humidité, la saison ou le nombre de personnes présentes à l’intérieur de la maison.

 

2.1.3. Quelle version choisir ?

Il faut savoir que le modèle autoréglable propose une installation autonome et économique, mais ce type d’appareils est bruyant. Il peut occasionner également des courants d’air. Cela entraîne une déperdition énergétique qui fait grimper la facture de chauffage.

Quant au modèle hygroréglable, il est moins efficace dans la lutte contre la pollution extérieure. Il est également plus coûteux que la version autoréglable. Néanmoins, ce type de système permet d’effectuer des économies d’énergie et donc un amortissement rapide. Sans oublier de souligner que ce modèle permet de garder les fenêtres du logement ouvertes.

 

2.1.4. Combien coûte un VMC simple flux ?

En entrée de gamme, nous trouvons que le prix d’un VMC simple flux autoréglable est de 400 euros (pose comprise). Pour le VMC autoréglable, il coûte entre 700 et 1 300 euros (pose comprise).

Cela dépend généralement de la surface habitable de la maison, de la zone géographique, de construction ainsi que du professionnel intervenant.

 

2.2. VMC double flux

Comparé aux autres systèmes de VMC, ce  type de système se présente comme étant le plus performant. Il est également beaucoup plus coûteux à l’installation.

Pour son fonctionnement, il se base sur deux réseaux de conduits et ne dispose pas de plusieurs entrées d’air extérieur. Le renouvellement de l’air est en effet effectué à partir de bouches d’insufflation en provenance d’une entrée d’air unique, placée sur le toit.

Nous trouvons deux modèles de VMC double flux : la version classique et la version thermodynamique.

 

2.2.1. VMC double flux classique

Ce modèle réalise la récupération des calories de l’air sortant qui permettent de réchauffer l’air entrant.

 

2.2.2. VMC double flux thermodynamique

La seule différence avec le modèle classique, c’est que ce modèle est doté d’une pompe à chaleur qui chauffe l’air entrant.

 

2.2.3. Combien coûte un VMC double flux ?

Le prix de ce type de système est fixé aux alentours de 700 euros. Cependant, le coût de son installation peut dépasser les 2000 euros.

 

3. Comment installer une Ventilation Mécanique Contrôlée ?

Pour garantir une bonne performance d’une VMC, il est important de bien l’installer. Nous allons vous monter comment réaliser le branchement de cet appareil.

 

3.1. Quels sont les outils nécessaires ?

  • Un mètre
  • Un tournevis
  • Une perceuse
  • Une défonceuse
  • Une scie cloche
  • Un détecteur de métaux

 

3.2. Quels sont les équipements à prévoir ?

  • Des bouches d’extraction cuisine
  • Des bouches d’extraction sanitaires
  • Un conduit souple en pvc
  • Un caisson d’extraction
  • Des entrées d’air
  • Des colliers de serrage
  • Un chapeau de toiture
  • Une cordelette
  • Des pitons

Il est important de savoir que les entrées d’air doivent être installées dans les pièces sèches. Les bouches d’extraction, quant à elle, elles sont placées dans la cuisine, la salle de bain et les toilettes. Ces bouches d’extraction sont reliées au caisson d’extraction par des conduits. Ces derniers ont pour mission d’évacuer l’air vicié vers la toiture.

 

3.3. Quelles sont les étapes d’installation ?

  1. Tout d’abord, installez le caisson d’extraction de la VMC dans les combles de votre logement. Il est recommandé de privilégier un emplacement central par rapport aux bouches d’extraction que vous envisagez d’installer.
  2. Ensuite, pour éviter les nuisances sonores, il est conseillé de poser le caisson directement sur le sol du comble. A l’aide des pitons et de la cordelette, suspendez-le à la charpente.
  3. Par la suite, reliez les bouches d’extraction placées dans les salles d’eau ou les WC à des gaines de 80 mm de diamètre. Quant à la bouche d’extraction d’une cuisine, elle doit être reliée à une gaine de 125 mm de diamètre.
  4. Afin de choisir le meilleur emplacement des bouches d’extraction, vous pouvez utiliser un détecteur de métaux afin d’identifier les fourrures métalliques situées dans le plafond.
  5. Une fois cette étape achevée, avec un crayon, marquez le contour de la manchette tout en prenant soin de laisser une petite marge. Après, à l’aide d’une scie cloche, percez le trou.
  6. Mettez la manchette dans le trou puis installez la bouche d’extraction.
  7. Par la suite, reliez cette dernière au caisson d’extraction en les raccordant à l’aide d’un conduit souple. Fermez les extrémités avec un collier de serrage.
  8. Effectuez une sortie en toiture avec une tuile à douille couverte par un chapeau de toiture avec bavette d’étanchéité. Ensuite, réalisez le découpage de l’isolant et de l’écran d’étanchéité pour pouvoir passer le conduit. Une fois cela est effectué, Reliez, à l’aide de colliers de serrage, le conduit au caisson.
  9. Enfin, à l’aide d’une défonceuse, creusez une mortaise pour placer les entrées d’air dans le haut des fenêtres. Vous pouvez également les installer dans le coffre des volets roulants.

 

4.  Comment entretenir une VMC ?

Afin que votre appareil de VMC soit efficace et durable, il est important de procéder à un entretien régulier et rigoureux. Cela consiste en un nettoyage régulier de l’appareil et les conduits auxquels il est raccordé.

Le nettoyage d’une VMC s’effectue toujours une fois le courant coupé. Cela permet d’éviter tout risque d’électrocution.

  • Démontage des parties démontables
  • Lavage des grilles, du ventilateur et des filtres avec un chiffon et du vinaigre blanc
  • Passage d’un chiffon microfibre humide sur le reste de l’appareil pour éliminer la poussière
  • Séchage complet des parties
  • Remise en place de l’appareil

 

Conclusion

Nous pouvons dire en guise de conclusion que la VMC est un appareil permettant de ventiler et renouveler l’air intérieur d’un logement. Cet appareil vous garantit ainsi de vivre dans une atmosphère saine, et ce en limitant l’apparition de bactéries.

0/5 (0 Reviews)
Faïez MAALOUL

    Laissez un commentaire